Livre Manuel pratique d’iriscopie

Catégorie : Iridologie
Intitulé du livre : Manuel pratique d’iriscopie
Auteur : Maurice Rubin
Année et nom d’édition : 1982, Maisonneuve

 

 

Pertinence du contenu :

 

 

Ce livre de 190 pages traite exclusivement d’iridologie selon un approche médicale. En effet, Maurice Rubin était docteur en médecine lorsqu’il a écrit son livre. L’auteur se base essentiellement sur les interprétations des docteurs René Bourdiol et Léon Vannier. Etant lui-même médecin hospitalier, Maurice Rubin utilisait l’étude de l’iris afin de confirmer ou infirmer les maladies et troubles de santé organique de patients qu’il conviait pour l’expérience.

A ce propos, pas une fois dans le livre, l’auteur n’utilise le terme iridologie. Il choisit en effet d’utiliser le terme iriscopie afin je cite : « permettant aussi bien de faire un diagnostic d’affection lésionnelle ou fonctionnelle ancienne ou actuelle que de suivre l’évolution de la maladie et d’apprécier une stabilisation, une guérison ou une aggravation (p 49). »

L’auteur n’est pas naturopathe et ne pratique pas de médecine non conventionnelle, si ce n’est la médecine chinoise qu’il évoque sur quelques pages à travers l’acupuncture.

Je ne suis donc pas convaincu quant à la pertinence du contenu. Certes, l’iridologie est traitée tout au long du livre, mais sous un angle strictement médical de diagnostic. Je suis naturopathe et donc je n’ai ni les compétences ni le souhait de proposer des diagnostics de maladie.

 

Facilité d’approche :

 

 

Le livre de Maurice Rubin ne présente pas de difficultés particulières dans sa lecture. Les termes utilisés sont clairs et expliqués. Cependant, l’auteur diagnostique et confirme des pathologies à travers la lecture irienne des patients. Les termes médicaux sont donc très présents mais ne me semblent pas très technique pour la plupart des lecteurs ayant des connaissances de base en biologie, médecine voire en culture générale.

 

Objectivité de l’information :

 

 

Comme expliqué plus haut, l’auteur, médecin de profession, utilisait la pratique de l’iridologie afin de confirmer ou infirmer des maladies. L’auteur photographiait les yeux des patients avant le début de leur traitements, pendants et quelques mois après afin de suivre l’évolution irienne. Il s’appuyait également sur les observations des docteur Bourdiol et Vannier.

Bien que je ne puisse pas parler de véritable étude scientifique, la démarche de Maurice Rubin me semble très objective. Le but de l’auteur était de concevoir un « imagier » du corps que le praticien médical pourrait intégrer dans son bilan de santé. En effet, pour l’auteur, « l’iriscopie » ne se suffit pas à elle seule mais est un outil complémentaire aux examens médicaux classiques et à la symptomatologie que le médecin doit mettre en exergue durant sa consultation.

 

Actualité du contenu :

 

 

Manuel pratique d’iriscopie a été édité en 1982, il y a donc une quarantaine d’années ce qui est relativement récent pour l’iridologie. En 1000 Av JC, les Chaldéens pensaient qu’il existait un lien entre les signes visibles de l’iris et l’état de santé. L’iridologie bien que rénové plus récemment par Ignace Von Peczely notamment ne date donc pas d’hier.

Le contenu proposé par Maurice Rubin est donc toujours d’actualité. Toutefois, étant donné que l’iriscopie de l’auteur cherchait à confirmer des maladies, je ne pourrais pas dire si les mêmes conclusions seraient faites aujourd’hui par des médecins iridologues.

 

Conclusion :

 

 

Ce livre, bien que plutôt objectif et clair, ne m’a pas convaincu en raison de son approche que je juge trop médicale pour ma pratique. Peut être que le lecteur issu d’une profession médicale saura apprécier le travail intéressant réalisé par l’auteur. En effet, bien que son approche médicale ne m’ait pas convaincu, je ne peux pas contester sa recherche d’objectivité et la logique et cohérence de sa démarche.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.